Livres sur la bataille de Koursk 🔝

Vous avez cherchĂ© un livre sur la bataille de Koursk mais vous n’avez pas encore dĂ©cidĂ© lequel acheter?

Pour cette raison Livres a lire a élaboré pour toi une classement des à lire absolument livres disponibles sur Amazon.

🏆 Meilleuers livres sur la bataille de Koursk à lire: guide d’achat

Harry Potter - La bataille de Poudlard: L'ultime affrontement magique

Harry Potter - La bataille de Poudlard: L'ultime affrontement magique
194 Critiques

  • Collectif (Author)

Normandie-Niemen: Tome 2, De la Bataille de Koursk Ă  l'offensive sur Smolensk (Juillet-Septembre 1943)

Normandie-Niemen: Tome 2, De la Bataille de Koursk Ă  l'offensive sur Smolensk (Juillet-Septembre 1943)
3 Critiques

  • Perales, Manuel (Author)

Koursk 1943

Koursk 1943
101 Critiques

  • TÖPPEL, Dr Roman (Author)

Koursk: Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht (5 juillet - 20 août 1943)

Koursk: Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht (5 juillet - 20 août 1943)
67 Critiques

  • Lopez, M. Jean (Author)

La Bataille de Koursk

La Bataille de Koursk
3 Critiques

  • Audience Rating: Tous publics

đŸ„‡Meilleuer livre sur la bataille de Koursk: le bestseller absolu

Choisissez le meilleur livre sur la bataille de Koursk pourrait ĂȘtre un peu plus compliquĂ© que vous pensez. Pourtant, basĂ© sur notre opinion, Se libĂ©rer et vivre la au prix de 22,00 EUR est le meilleur livre prĂ©sent Ă  vendre :

Meilleuer
Se libérer et vivre la magie de la Vie
397 Critiques

Se libérer et vivre la magie de la Vie

  • Colle, StĂ©phane (Author)

Pourquoi acheter livres sur la bataille de Koursk online?

De nos jours, la plupart d’entre nous recherche sur internet le mot-clĂ© livre sur la bataille de Koursk avant de se procurer un produit. Il y a des centaines de sites e-commerce spĂ©cialisĂ©s dans Histoire cependant, avec notre sĂ©lection, acquĂ©rir livres sur la bataille de Koursk sera une histoire de quelques clics. En plus, vous pourrez rapidement consulter les opinions d’autres acheteurs. Nous sĂ©lectionnons exclusivement les produits qui ont reçu les meilleures critiques.

Livraison Ă  domicile

Commandez votre livre en quelques clics depuis votre smartphone, votre tablet ou votre notebook et recevez votre produit au plus vite Ă  votre domicile. Profitez de la l’opportunitĂ© de vous faire livrer votre produit sans effort. Le produit commandĂ© est livrĂ© chez vous sous peu. Les frais d’expĂ©dition sont inclus dans la plupart des offres que nous sĂ©lectionnons. Pour des milliers de produits Prime la livraison sera effectuĂ©e en 24/48 heures.

 

La bataille de Koursk oppose du 5 juillet au les forces allemandes aux forces soviĂ©tiques sur un immense saillant de 23 000 km2 situĂ© au sud-ouest de la Russie, Ă  la limite de l’Ukraine, entre Orel au nord et Belgorod au sud. Il s’agit de la plus grande bataille de chars de l’Histoire,.

Alors qu’il est communĂ©ment admis que la bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 – 2 fĂ©vrier 1943, soit 6 mois et 16 jours) reprĂ©sente le vĂ©ritable tournant de la Seconde Guerre mondiale en Europe, le « dĂ©but de la fin » pour la Wehrmacht et la mise en route de l’avancĂ©e irrĂ©sistible du « rouleau-compresseur » soviĂ©tique jusqu’Ă  Berlin, la bataille de Koursk n’est perçue comme un tournant dans le conflit qu’Ă  partir des annĂ©es 1950, alors que Khrouchtchev, membre du conseil de guerre du front de Voronej pendant la bataille, exerce un certain nombre de responsabilitĂ©s en URSS. De plus, cette bataille nuance la thĂšse du rouleau compresseur soviĂ©tique jusqu’Ă  Berlin : le premier semestre de l’annĂ©e 1943 constitue en fait sur le front russe une phase d’Ă©quilibre, de rĂ©cupĂ©ration et de prĂ©paration Ă  l’ultime tentative du TroisiĂšme Reich de reprendre l’initiative contre l’ArmĂ©e rouge aprĂšs ses Ă©checs successifs devant Moscou et Stalingrad.

Pour l’Oberkommando der Wehrmacht (OKW), le haut-commandement de la Wehrmacht, son nom de code est opĂ©ration Citadelle. Elle va se solder par un nouvel Ă©chec pour le Reich. Trois armĂ©es allemandes regroupant 900 000 hommes[5] soit 50 divisions dont 19 blindĂ©es et motorisĂ©es (plus 20 divisions de rĂ©serve), 10 000 canons et mortiers, plus de 2 000 avions[6] et 2 700 chars se lancent Ă  l’assaut de deux armĂ©es blindĂ©es soviĂ©tiques Ă©paulĂ©es de 4 corps blindĂ©s[7] comptant 3 300 chars et d’une armĂ©e d’infanterie regroupant 1,337 million d’hommes, 19 300 canons et mortiers[7] ; soit au total 2 millions de combattants soviĂ©tiques sur un front long de 270 km. Le Reich y engage 2 000 avions dont les 1 800 avions des 4e et 6e flottes aĂ©riennes et plus de 50 % de ses blindĂ©s disponibles. Le gĂ©nĂ©ral Erfurth ira mĂȘme jusqu’Ă  dĂ©clarer que « tout le potentiel offensif que l’Allemagne avait pu rassembler fut jetĂ© dans l’opĂ©ration Citadelle. ».

Bien qu’y ayant engagĂ© l’essentiel et le meilleur de ses forces disponibles, la Wehrmacht se heurte Ă  une dĂ©fense soviĂ©tique solide, bien organisĂ©e et opiniĂątre qu’elle ne parvient pas Ă  percer malgrĂ© l’ampleur considĂ©rable des moyens engagĂ©s ; elle subit de lourdes pertes. L’ArmĂ©e rouge, malgrĂ© des pertes beaucoup plus importantes, dispose de rĂ©serves stratĂ©giques et lance deux contre-offensives de part et d’autre du saillant de Koursk, l’opĂ©ration Koutouzov et l’opĂ©ration Rumyantsev. Ces contre-attaques rejettent la Wehrmacht sur ses lignes de dĂ©part et permettent la libĂ©ration de deux villes stratĂ©giquement importantes, Orel et Kharkov.

L’issue de cet affrontement gigantesque fut, par la suite, exagĂ©rĂ©e par la propagande soviĂ©tique et minorĂ©e par la propagande nazie.

AprĂšs cette bataille, fin aoĂ»t 1943, Ă  laquelle s’ajoute l’ouverture au mĂȘme moment d’un second front en Italie, il apparaĂźt que l’Allemagne a probablement dĂ©jĂ  perdu la Seconde Guerre mondiale.

La suite confirme cette impression : aprĂšs cette dĂ©faite, la Wehrmacht ne parvint plus jamais Ă  reprendre l’offensive sur le front de l’Est. Elle subit dĂšs lors une poussĂ©e continue, parsemĂ©e de dĂ©faites successives, qui allait conduire Ă  la reconquĂȘte du territoire soviĂ©tique sous occupation nazie, Ă  la traversĂ©e de la Pologne par l’ArmĂ©e rouge et enfin Ă  la prise de Berlin.