Livres sur la bataille de Verdun 🔝

Vous avez cherché un livre sur la bataille de Verdun mais pensez-vous toujours lequel acheter?

Pas de problÚme Livres a lire a élaboré pour vous une liste des que vous devriez lire livres achetables sur Amazon.

🏆 Meilleuers livres sur la bataille de Verdun : guide d’achat

La PremiĂšre Guerre mondiale: Un guide pratique sur l'histoire de France au temps de la Grande Guerre (Petit guide t. 183)

La PremiĂšre Guerre mondiale: Un guide pratique sur l'histoire de France au temps de la Grande Guerre (Petit guide t. 183)
7 Critiques

  • Guide, Petit (Author)

Les Anciens de la Butte: Recueil de nouvelles, poÚmes, récits historiques et histoires vraies sur un petit village de France

Les Anciens de la Butte: Recueil de nouvelles, poÚmes, récits historiques et histoires vraies sur un petit village de France
10 Critiques

  • Gino, Marc (Author)

Brancardier sur le front: Carnets de guerre 1914-1919

Brancardier sur le front: Carnets de guerre 1914-1919
9 Critiques

  • Marie-Claude, Pintiau-Patrois (Author) - Baudin, Georges (Narrator)

Verdun. La grande bataille de Verdun – La VĂ©ritĂ© sur la prise du fort de Douaumont – La DĂ©fense du R1 / Carte du front en fin de cahier 360x520mm couleur

Verdun. La grande bataille de Verdun – La VĂ©ritĂ© sur la prise du fort de Douaumont – La DĂ©fense du R1 / Carte du front en fin de cahier 360x520mm couleur

  • ,J. PĂ©ricard / R. Delvert / PremiĂšre Guerre mondiale, 1914-1918 ,JaurĂšs, Verdun, chemin des Dames, marne, Joffre, kronprinz, Foch, Ludendorff, ClĂ©menceau (Author)

Verdun 1916. actes du colloque international sur la bataille de Verdun 6-7-8 juin 1975

Verdun 1916. actes du colloque international sur la bataille de Verdun 6-7-8 juin 1975

  • Collectif (Author)

đŸ„‡Meilleuer livre sur la bataille de Verdun: l’incontournable

SĂ©lectionnez le meilleur livre sur la bataille de Verdun pourrait ĂȘtre un peu plus difficile que semble. Cela dit, basĂ© sur opinion des lecteurs, Verdun. La grande bataille de au prix de 18,00 EUR est le meilleur livre prĂ©sent Ă  vendre :

Meilleuer
Verdun. La grande bataille de Verdun – La VĂ©ritĂ© sur la prise du fort de Douaumont – La DĂ©fense du R1 / Carte du front en fin de cahier 360x520mm couleur

Verdun. La grande bataille de Verdun – La VĂ©ritĂ© sur la prise du fort de Douaumont – La DĂ©fense du R1 / Carte du front en fin de cahier 360x520mm couleur

  • ,J. PĂ©ricard / R. Delvert / PremiĂšre Guerre mondiale, 1914-1918 ,JaurĂšs, Verdun, chemin des Dames, marne, Joffre, kronprinz, Foch, Ludendorff, ClĂ©menceau (Author)

Pourquoi acheter livres sur la bataille de Verdun en ligne?

De nos jours, la plupart d’entre nous recherche sur le Web livre sur la bataille de Verdun avant de se procurer un produit. Il existe des dizaines de sites ecommerce spĂ©cialisĂ©s dans Histoire cependant, grĂące Ă  notre sĂ©lection, acheter livres sur la bataille de Verdun sera une histoire de quelques clics. En plus, vous pourrez facilement consulter les retours d’autres acheteurs. Nous sĂ©lectionnons uniquement les produits qui ont reçu les meilleures avis.

Livraison Ă  domicile

Commandez votre livre confortablement depuis votre mobile, votre tablet ou votre laptop et recevez votre produit au plus vite chez vous. Profitez de la l’opportunitĂ© de recevoir votre commande sans devoir vous rendre en magasin. Le produit est livrĂ© directement Ă  votre domicile en peu de temps. Les frais d’expĂ©dition sont offerts dans la grande majoritĂ© des offres que nous proposons. Pour les produits Prime cela sera fait en 24/48 heures.

 

La bataille de Verdun est une bataille qui s’est dĂ©roulĂ©e du au dans la rĂ©gion de Verdun en Lorraine, durant la PremiĂšre Guerre mondiale. Elle a opposĂ© les armĂ©es française et allemande.

Conçue par le gĂ©nĂ©ral von Falkenhayn, commandant en chef de l’armĂ©e allemande, d’aprĂšs la version qu’il en donne dans ses mĂ©moires, comme une bataille d’attrition pour « saigner Ă  blanc l’armĂ©e française » sous un dĂ©luge d’obus dans un rapport de pertes de un pour deux, elle se rĂ©vĂšle en fait presque aussi coĂ»teuse pour l’attaquant : elle fait plus de 700 000 pertes (morts, disparus ou blessĂ©s), 362 000 soldats français et 337 000 allemands, une moyenne de 70 000 victimes pour chacun des dix mois de la bataille. On peut noter que selon les travaux historiques rĂ©cents, notamment ceux de l’historien allemand Holger Afflerbach, l’objectif allemand Ă©tait plus simplement de prendre le saillant de Verdun, la version d’une bataille d’attrition Ă©tant une justification inventĂ©e aprĂšs coup par Falkenhayn pour masquer son Ă©chec.

ParallĂšlement, de juillet Ă  novembre, les armĂ©es britannique et française sont engagĂ©es dans la bataille de la Somme, encore plus sanglante. De plus, du au , l’armĂ©e russe est engagĂ©e dans l’offensive Broussilov, la plus grande offensive sur le front de l’Est de l’armĂ©e tsariste de toute la guerre : elle contraint l’Ă©tat-major allemand Ă  retirer des divisions sur le front de l’Ouest pour les envoyer Ă  l’Est, ce qui contribue Ă  allĂ©ger la pression allemande sur Verdun.

Alors que, cĂŽtĂ© allemand, ce sont pour l’essentiel les mĂȘmes corps d’armĂ©e qui livrent toute la bataille, l’armĂ©e française fait passer Ă  Verdun, par rotation, 70 % de ses poilus, ce qui contribue Ă  l’importance symbolique de cette bataille et Ă  la renommĂ©e du gĂ©nĂ©ral PĂ©tain. C’est au gĂ©nĂ©ral Nivelle, qui remplace PĂ©tain Ă  partir du , que revient le mĂ©rite de l’enrayement dĂ©finitif de l’offensive allemande (), puis de la reconquĂȘte de tout le terrain perdu depuis le , entre et , avec la rĂ©cupĂ©ration du fort de Douaumont, aidĂ© en cela par son subordonnĂ© le gĂ©nĂ©ral Mangin. La bataille se termine par un retour Ă  la situation antĂ©rieure le . Bien qu’elle n’ait pas Ă©tĂ© dĂ©cisive, ses consĂ©quences stratĂ©giques, militaires et politiques Ă©tant mineures, la mĂ©moire collective en a rapidement fait une victoire dĂ©fensive de l’armĂ©e française, jugĂ©e a posteriori par les Allemands comme de mĂȘme nature que la victoire de l’ArmĂ©e rouge dans la bataille de Stalingrad.

C’est la plus longue bataille de la PremiĂšre Guerre mondiale et l’une des plus dĂ©vastatrices, ce qui a donnĂ© lieu au mythe de Verdun, la « mĂšre des batailles », une des plus inhumaines auxquelles l’homme se soit livré : l’artillerie y cause 80 % des pertes. Le discours mĂ©moriel typique brosse le portrait de soldats dont le rĂŽle consiste surtout Ă  survivre — et mourir — dans les pires conditions sur un terrain transformĂ© en enfer, tout cela pour un rĂ©sultat militaire nul, ce qui en fait le symbole de la futilitĂ© de toute guerre industrielle. La violence des combats se justifie notamment par la trĂšs faible Ă©tendue du champ de bataille (quelques km2) oĂč des centaines de milliers d’hommes se confrontent jour et nuit dans des conditions apocalyptiques.

Verdun est, comme la Somme, une terrible leçon que certains thĂ©oriciens militaires allemands, analysant les causes de la dĂ©faite de 1918, sauront comprendre. L’immobilitĂ© du front, malgrĂ© les moyens engagĂ©s, est due Ă  l’absence de forces mĂ©canisĂ©es : Ă  l’inverse, en 1940, soumise au feu motorisĂ© des panzers, Verdun tombe en 24 heures. La thĂ©orie du blitzkrieg (guerre Ă©clair) triomphe sur la guerre de positions surestimĂ©e par les thĂ©oriciens français Ă  la suite de la victoire de 1918.

Bien que cette bataille ait montrĂ© les fautes stratĂ©giques et tactiques des Ă©tat-majors belligĂ©rants, et qu’elle ne soit pas la plus meurtriĂšre ni la plus dĂ©cisive de la PremiĂšre Guerre mondiale, elle a donnĂ© lieu dans l’histoire officielle française Ă  une mythologie sacralisant cette bataille de dĂ©fense du territoire national. Verdun est devenu le lieu de mĂ©moire par excellence de la PremiĂšre Guerre mondiale alors que l’historiographie institutionnelle allemande a privilĂ©giĂ© la construction mĂ©morielle de la bataille de la Somme, liĂ©e au sentiment des soldats allemands d’avoir participĂ© Ă  une bataille dĂ©fensive. MalgrĂ© ces enjeux mĂ©moriels concurrentiels qui participent Ă  la fabrication du « roman national » avec ses batailles et ses hĂ©ros, s’est opĂ©rĂ© un changement de « rĂ©gime de mĂ©moire » depuis les annĂ©es 1970 qui se traduit dans la rĂ©conciliation franco-allemande et l’image symbolique de la poignĂ©e de main de François Mitterrand et Helmut Kohl Ă  Douaumont en 1984. Cette Ă©volution se traduit Ă©galement dans les Ă©tudes historiographiques sur la Grande Guerre, qui Ă  l’origine s’intĂ©ressaient essentiellement Ă  la question des responsabilitĂ©s et aux opĂ©rations militaires. À notre Ă©poque, elles ont replacĂ© l’humain au centre de cette histoire et ont mis l’accent sur l’histoire des reprĂ©sentations Ă  travers la culture de guerre (corps et Ă©tat d’esprit des soldats de Verdun passĂ©s du statut de hĂ©ros Ă  celui de victime, vision de la bataille Ă  l’arriĂšre et chez les civils, survivance de la bataille dans la culture nationale).