Livres sur l’ empire byzantin 🔝

Vous cherchez un livre sur l’ empire byzantin mais pensez-vous toujours lequel acheter?

Pour cette raison Livres a lire a élaboré pour toi une classement des indispensables livres disponibles en ligne.

🏆 Meilleuers livres sur l’ empire byzantin du moment: guide d’achat

Le monde byzantin: Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204

Le monde byzantin: Tome 2, L'Empire byzantin 641-1204
7 Critiques

  • Béatrice Caseau (Author)

Histoire de Byzance

Histoire de Byzance
21 Critiques

  • Cheynet, Jean-Claude (Author)

Histoire de Byzance

Histoire de Byzance
64 Critiques

  • Julius Norwich, John (Author)

🥇Meilleuer livre sur l’ empire byzantin: le bestseller absolu

Sélectionnez le meilleur livre sur l’ empire byzantin pourrait être un peu plus compliqué que vous pensez. Pourtant, basé sur notre jugement, LA PENSÉE POSITIVE: Comment atteindre au prix de 8,99 EUR résultats le meilleur livre disponible en ligne :

Meilleuer
LA PENSÉE POSITIVE: Comment atteindre vos objectifs et mener une vie positive à travers le pouvoir de la pensée
2 793 Critiques

LA PENSÉE POSITIVE: Comment atteindre vos objectifs et mener une vie positive à travers le pouvoir de la pensée

  • Borelli, Marcello (Author)

Pourquoi acheter livres sur l’ empire byzantin en ligne?

De nos jours, la majorité d’entre nous recherche sur le Web livre sur l’ empire byzantin avant de se procurer un produit. Il existe des centaines de sites e-commerce spécifiques sur Histoire cependant, grâce à notre classement, acheter livres sur l’ empire byzantin sera une histoire de quelques clics. En plus, vous pourrez rapidement vérifier les retours d’autres consommateurs. Nous achetons uniquement les produits qui ont obtenu les meilleures avis.

Livraison à domicile

Commandez votre livre en quelques clics depuis votre mobile, votre tablet ou votre notebook et recevez votre produit rapidement à votre domicile. Profitez de la possibilité de recevoir votre commande sans devoir vous rendre en magasin. Le produit sera livré chez vous sous peu. Les frais de livraison sont offerts dans la plupart des produits que nous sélectionnons. Pour les produits Prime la livraison sera effectuée en 24/48 heures.

 

L’Empire byzantin ou Empire romain d’Orient désigne l’État apparu vers le IVe siècle dans la partie orientale de l’Empire romain, au moment où celui-ci se divise progressivement en deux. Il se caractérise par sa longévité : il puise ses origines dans la fondation même de Rome, et la datation de ses débuts change selon les critères choisis par chaque historien. La fondation de Constantinople, sa capitale, par Constantin Ier en 330, autant que la division d’un Empire romain de plus en plus difficile à gouverner et qui devient définitive en 395, sont parfois citées. Quoi qu’il en soit, plus dynamique qu’un monde romain occidental dont l’administration effective est de plus en plus réalisée par les élites « barbares » suite à leur arrivée progressive par traité ou par conquête, l’Empire d’Orient s’affirme progressivement comme une construction politique originale. Indubitablement romain, cet empire est aussi chrétien et de langue principalement grecque.

À la frontière entre l’Orient et l’Occident, mêlant des éléments provenant directement de l’Antiquité avec des aspects innovants dans un Moyen Âge parfois décrit comme grec, il devient le siège d’une culture originale qui déborde bien au-delà de ses frontières, lesquelles sont constamment assaillies par des peuples nouveaux. Tenant d’un universalisme romain, il parvient à s’étendre sous Justinien (empereur de 527 à 565), retrouvant une partie des antiques frontières impériales, avant de connaître une profonde rétraction. C’est à partir du VIIe siècle que de profonds bouleversements frappent l’Empire byzantin. Contraint de s’adapter à un monde nouveau dans lequel son autorité universelle est contestée, il rénove ses structures et parvient, au terme d’une crise iconoclaste, à connaître une nouvelle vague d’expansion qui atteint son apogée sous Basile II (qui règne de 976 à 1025). Les guerres civiles autant que l’apparition de nouvelles menaces forcent l’Empire à se transformer à nouveau sous l’impulsion des Comnènes avant d’être disloqué par la quatrième croisade lorsque les croisés s’emparent de Constantinople en 1204. S’il renaît en 1261, c’est sous une forme affaiblie qui ne peut résister aux envahisseurs ottomans et à la concurrence économique des républiques italiennes (Gênes et Venise). La chute de Constantinople en 1453 marque sa fin.

Tout au long de son histoire millénaire, une continuité autant que des ruptures rythment l’existence de l’Empire byzantin, objet complexe à analyser dans sa diversité. Héritier d’une riche culture gréco-romaine, il la fait vivre et contribue à la transmettre à l’Occident au moment de la Renaissance. Il développe sa propre civilisation, profondément empreinte de religiosité. Pilier du monde chrétien, il est le défenseur d’un christianisme dit orthodoxe qui rayonne dans l’Europe centrale et orientale où son héritage est encore vivace aujourd’hui, tandis que la séparation des Églises d’Orient et d’Occident inaugure une rupture progressive avec le catholicisme romain.

Qualifié d’« archaïque » ou de « déclinant » dans l’historiographie ancienne, parfois empreinte de mishellénisme, l’Empire byzantin a fait preuve d’une remarquable capacité d’adaptation face aux évolutions du monde qui l’entoure et aux menaces qui l’assaillent constamment, souvent sur plusieurs fronts. Il parvient souvent habilement à user de la diplomatie autant que de la force pour contenir ses ennemis. Sa situation exceptionnelle, au carrefour entre l’Orient et l’Occident dont il contribue à brouiller les frontières, entre monde méditerranéen et bassin pontique, lui permet de développer une économie dynamique, symbolisée par sa monnaie, souvent utilisée bien au-delà de ses frontières. Cette même abondance suscite aussi les convoitises de voisins ambitieux qui se heurtent régulièrement aux puissantes murailles de Constantinople. Celle-ci, plus encore que Rome avec l’Empire romain antérieur, est le centre du monde byzantin. Même au moment de son déclin à partir de 1204, il préserve une vivacité culturelle qui favorise l’émergence de la Renaissance européenne.

Les jugements sur l’Empire byzantin ont profondément varié en fonction des époques. Considéré comme un modèle à suivre par les régimes absolutistes du XVIIe siècle, il est, au XVIIIe siècle, vivement dénoncé pour cette même raison par les critiques de l’absolutisme, et décrit comme décadent. Ces interprétations ont laissé place à des perspectives historiques plus scientifiques. L’héritage du monde byzantin est cardinal dans la compréhension du monde slave, auquel il a laissé un alphabet et une religion. Au-delà, il a su rayonner, transmettant un droit romain codifié, des chefs-d’œuvre architecturaux incarnés par la basilique Sainte-Sophie et, plus largement, une culture originale.