Livres sur l’ inquisition 🔝

Vous cherchez un livre sur l’ inquisition mais vous n’avez pas encore décidé lequel acheter?

Pas de problème Livres a lire a élaboré pour toi une liste des indispensables livres achetables en ligne.

🏆 Meilleuers livres sur l’ inquisition : comparatif et avis

The Culture of Inquisition in Medieval England

The Culture of Inquisition in Medieval England
1 Critiques

Heresy and Heretics in the Thirteenth Century: The Textual Representations

Heresy and Heretics in the Thirteenth Century: The Textual Representations
2 Critiques

  • Sackville, Dr. L J (Author)

A l'ombre des sabres: Les califes maudits - volume 2

A l'ombre des sabres: Les califes maudits - volume 2
76 Critiques

  • Ouardi, Hela (Author)

Lettres à un gentilhomme russe sur l'Inquisition espagnole

Lettres à un gentilhomme russe sur l'Inquisition espagnole
4 Critiques

  • de Maistre, Joseph (Author)

La torture à travers les âges: Suivi d'une étude sur les ceintures de chasteté

La torture à travers les âges: Suivi d'une étude sur les ceintures de chasteté

  • de Lacaze-Duthiers, Gérard (Author)

🥇Meilleuer livre sur l’ inquisition: le plus conseillé

Sélectionnez le meilleur livre sur l’ inquisition peut être plus complexe que vous croyez. Pourtant, basé sur notre jugement, Heresy and Heretics in the au prix de 22,57 EUR est le meilleur livre disponible à vendre :

Meilleuer
Heresy and Heretics in the Thirteenth Century: The Textual Representations
2 Critiques

Heresy and Heretics in the Thirteenth Century: The Textual Representations

  • Sackville, Dr. L J (Author)

Pourquoi acheter livres sur l’ inquisition en ligne?

Aujourd’hui, la plupart d’entre nous recherche sur internet le mot-clé livre sur l’ inquisition avant d’acheter un produit. Il existe une multitude de sites e-commerce spécialisés dans Histoire toutefois, grâce à notre classement, acquérir livres sur l’ inquisition nécessitera seulement quelques clics. Aussi, vous pourrez rapidement consulter les retours d’autres consommateurs. Nous recommandons exclusivement les produits qui ont reçu les meilleures critiques.

Livraison à domicile

Commandez votre livre en quelques clics depuis votre téléphone, votre tablet ou votre ordinateur portable et recevez votre commande au plus vite chez vous. Bénéficiez de la chance de vous faire livrer votre commande sans devoir vous rendre en magasin. Le produit commandé est livré directement chez vous au plus vite. Les frais d’expédition sont gratuit dans la grande majorité des offres que nous sélectionnons. Pour des milliers de produits Prime la livraison sera effectuée en 24/48 heures.

 

L’Inquisition (du mot latin inquisitio signifiant enquête, recherche) est une juridiction spécialisée (autrement dit un tribunal), créée au XIIIe siècle par l’Église catholique et relevant du droit canonique, dont le but était de combattre l’hérésie, en faisant appliquer aux catholiques qui ne respectaient pas les dogmes des peines variant de simples peines spirituelles (prières, pénitences) à des amendes lorsque l’hérésie n’était pas établie, et de la confiscation de tous les biens[2] à la peine de mort pour les apostats relaps. Combattant les hérésies, l’Inquisition ne pouvait condamner que des catholiques — dont ceux qui avaient fait le choix libre du baptême[4]. Bien que la peine de mort puisse être prononcée, elle ne l’a été que très rarement puisqu’Anne Brenon, spécialiste du catharisme, estime à 3 000 le nombre de peines de mort prononcées par l’Inquisition durant ses cinq siècles d’existence à travers l’Europe. Elle se substituait à l’ordalie en introduisant la notion de tribunal, de défenseur et de minutes du procès.

L’Inquisition a été créée au début du XIIIe siècle en France pour empêcher la diffusion de dogmes différents, principalement celui des cathares et des vaudois. Cette Inquisition médiévale a duré jusqu’au XIVe siècle et a notamment persécuté les Templiers et les béguines. À la fin du Moyen Âge, le concept et la portée de l’Inquisition furent significativement étendus, en Espagne et au Portugal ainsi qu’aux colonies de leur empire, en particulier sous l’influence des franciscains et de dominicains, pour contrer la réforme protestante et pour traquer les juifs marranes et les musulmans morisques convertis extérieurement au catholicisme mais encore attachés à leur foi première. À la fin du XVe siècle, en particulier, l’Inquisition espagnole condamna environ 2 000 hérétiques au bûcher, organisant des autodafés de grande ampleur qui ont instauré une terreur durable ; ensuite, la proportion des peines les plus lourdes diminua rapidement au cours du XVIe siècle après l’expulsion des Juifs et des musulmans.

Alors qu’elle était sur le déclin, les opposants à l’Inquisition, en particulier les protestants des pays colonisateurs concurrents de l’Empire espagnol, ont commencé une campagne de contre-propagande qui a popularisé une exagération de sa violence réelle. L’opéra Don Carlos et le passage du Grand Inquisiteur dans Les Frères Karamazov ont contribué à asseoir la légende noire de l’Inquisition.

L’institution a perduré au XVIIIe siècle, avant d’être abolie hors des États du Pape au début du XIXe siècle, après les guerres napoléoniennes. Elle a été remplacée, en 1908, par le pape Pie X par la Sacrée congrégation du Saint-Office, en tant qu’une des congrégations de la Curie romaine ; le Saint-Office a été remplacé, en 1965, par la Congrégation pour la doctrine de la foi par le pape Paul VI, qui fit prévaloir sur l’aspect punitif de la condamnation l’aspect positif de la correction de l’erreur, de la garde, de la préservation et de la promotion de la foi (Motu proprio Integræ servandæ du )[7].

Dans l’Histoire, il y a eu plusieurs juridictions spécialisées de ce type. Il est possible de distinguer trois différentes inquisitions, qui font l’objet d’articles séparés :

Le présent article traite du fonctionnement institutionnel et procédural de l’Inquisition, par rapport à l’approche catholique de l’hérésie et à sa justification politique. Les aspects historiques se limitent ici aux origines de l’Inquisition, à la chronologie générale des évènements et à l’histoire des représentations de cette institution et de ses acteurs (fonctionnaires et victimes), qui ont fait l’objet d’une propagande intense et de nombreuses recherches historiques. L’Inquisition conserve aujourd’hui dans la mémoire collective une image de violence et d’arbitraire.